• Aimer mère Terre

La mer me susurre des vers qui parlent de la terre

Parlant de son amour, émotions, trahison

Racontant son futur à quel point elle est chère

À terre, son bonheur n’était qu’illusions

 

À mort sera la terre, faute à ceux qui l’habitent

Face à cette déchirure, la mer n’était pas prête

Requins et puis silures, dans le ventre ont cannettes

Le rêve et puis l’amour n’était en fait qu’un mythe

 

Face à ce grand problème des hommes se battirent

Pour épurer la terre, la maintenir en vie

Ils se rebellèrent, pour les leurs ils se firent

Réparer leurs erreurs là ils en ont envie

 

Mère Terre en fut heureuse

Elle qui était pleureuse

La mer est satisfaite

Les deux feront la fête

 

Cinzia, 10ème